La première compétition interclub à Canteleu – 10 et 11 mars 2018

Les 10 et 11 mars 2018 se tenait la première compétition inter-club française, organisée par France Plumfoot dans la ville de Canteleu (Seine Maritime). Le principe : dix équipes, venant des quatre clubs majeurs de la France (6 équipes de Paris, 2 équipes de Puteaux, 1 équipe de Dunkerque, 1 équipe de Marseille), se retrouvaient dans deux poules de 5 équipes, avant de rejoindre les demi-finales puis la finale. Après une série d’interviews ayant bien fait monter la température (et comme le dit le chroniqueur Sean Paul, il fallait « la bonne température pour nous protéger de la tempête » normande), les joueurs et joueuses chauffé.e.s à(u?) blanc étaient prêt.e.s à s’affronter. La cérémonie d’ouverture en musique proposée par Firmin, Thomas et Etienne nous plongeait d’entrée – et avec humour – dans le bain de la compétition.

Les poules

Du côté de la poule A, Ali, Toky, Chitai et Huy la jouaient guerre psychologique tout terrain, et notamment sur celui des mots. Quoi de plus efficace pour destabiliser son adversaire que de proposer un nom d’équipe absolument incompréhensible et imprononçable ? Les Choltuha, enfin les Chultaho (ou peut-être s’agit-il des Chaltohu?) n’étaient pas là pour la rigolade. Contre les jeunes du Nord, Ali et Toky s’offraient une victoire en trois sets contre Manon et Maxence mais pour le reste de la rencontre, les ch’tits minots rafflaient la mise, 4 à 1. Pas de miracle non plus contre la belle équipe d’Ici c’est Paris (Ayman, Xavier, François, Théotime) qui a fait respecter sa loi : 5-0. Un sursaut d’orgueil contre Paris 3 ? En dépit d’un match accroché entre Victor et Toky, cette rencontre fut pour Léo, Joris, Fred et Victor. Ce fut par contre beaucoup plus accroché avec la seconde équipe de Puteaux, composée du roi du tit’punch Dominique, Fabrice, Paul et Christophe. Après une victoire solide de Dominique sur Ali, Toky et Ali tentaient d’égaliser mais Dominique et Fabrice ne s’en laissaient pas conter. 2-0. Il fallait redresser la barre : après un set gagné 22-20, la triplette Toky, Huy, Chitai laissait finalement revenir Dominique, Fabrice et Paul qui gagnaient les deux sets suivants. Chitai et Huy sauvaient l’honneur en deux sets pour le second double mais c’est finalement Christophe qui enfonça le clou contre Huy. 4-1 pour Puteaux 2, bravo à eux ! Bon, ce ne fut évidemment pas la même contre Ici c’est Paris (5-0) et Paris 3 (5-0). Mais contre Dunkerque, on peut dire qu’il y eut du sport ! Le solide Dominique, encore lui, rappelait qui était le patron en simple, et ce contre Vincent, en deux sets s’il vous plaît ! Les Chapelet se reprenaient ensuite puisque les deux frères battaient Christophe et Paul en deux sets. 1-1, plume au centre. Manon, Maxence et Vincent contre Paul, Fabrice et Dominique. Après un premier set remporté sèchement par Puteaux 2, Dunkerque revenait dans le game et gagnait les deuxième et troisième sets! C’est alors que Fabrice et Dominique sortaient le grand jeu pour revenir à 2-2 contre Manon et Maxence. Intenable. C’est grâce à leur arme fatale nommée Laurent Chapelet que Dunkerque remportait cette rencontre haletante : 21-6, 21-12 contre Fabrice. Nul doute que Christopher Nolan aurait pu s’inspirer de cet affrontement pour rendre son dernier film plus réaliste. Déjà deux victoires pour Dunkerque en matchs de poule. Il n’y en aura hélas pas d’autre puisque Paris 3 l’emporta 5 à 0 et Ici c’est Paris 4-1. A noter donc un joli set pris en triple contre Xavier-Théotime-Ayman de la part de Vincent, Laurent et Maxence et une belle victoire en 3 sets de Laurent contre Théotime. Belle performance. Quant aux deux équipes parisiennes de la poule, la logique des classements fut respectée puisque Ici c’est Paris triompha de Paris 3 sur un joli 5-0. A noter la nouvelle rencontre fratricide entre Théotime et Victor en dernier simple. Après la victoire de Victor sur Théotime à Marseille, le premier rétablissait le droit d’ainesse, en trois sets. On a hâte de voir la belle !

Ici c’est Paris finit donc en tête de poule et passe en tableau final avec Paris 3. Dunkerque finit 3e, Puteaux 2 surclasse Chaltohu et ces deux équipes se classent donc respectivement 4e et 5e.

Du côté de la poule B, Marseille commençait tranquillement en arbitrant jusqu’à midi. Menée par Anthony, Benjamin, Kévin, Yanis et Gaël, l’équipe comptait bien assurer le show ensuite. Et leur première rencontre s’annonçait spectaculaire puisqu’ils rencontraient l’une des équipes favorites de la compétition, Puteaux 1 ! Après une série de coups de bluff et d’esbrouffe, la rencontre commençait. Un peu cueilli à froid, Gaël perdait un premier set contre Trang et revenait dans le match ensuite. Finalement, ce fut une victoire des Putéolien.ne.s en deux sets, 21-9 et 21-17. Charlie et Etienne devaient ensuite affronter Yanis et Anthony. Pas de miracle pour les jeunes Franciliens : 21-11, 21-12 pour Marseille. 1 partout donc. Le triple était fondamental. Mais, le match à peine entamé, Anthony s’arrêtait : sur une position pourtant stable, son genou gauche le lançait. Après une pause médicale et une intervention naturopathique, il fallait s’y résoudre, Anthony était blessé et malheureusement il ne put jouer d’autre match durant les deux jours. Gros coup dur pour l’équipe phocéenne et bien sûr avant tout pour le joueur lui-même : bon rétablissement à toi Anthony ! La suite de la rencontre traduisait alors le déséquilibre entraîné par cet événement : Puteaux 1 remporta le triple, le second double et le dernier simple (avec un Benjamin qui prit un joli set contre Nico!). Par la suite, la jeune équipe menée par les expérimenté.e.s Nicolas et Trang ne fit pas dans le détail puisqu’elle gagna le reste de ses rencontres 5-0, tout en 2 sets. Gloups, la machine de guerre…

Les orphelins marseillais ne se laissaient pas abattre et, dirigé par leur coach désormais sur le bord du terrain, décidaient de relever la tête et d’affronter le destin et les autres équipes. Les emplumeurs furent les prochains adversaires des Phocéens. Le premier simple fut remporté solidement par Yanis contre Loïc. Pad et Emily firent ensuite les frais de la rage de Benjamin et Kévin. Le triple fut également pour Marseille mais le second double fut serré, June et Loïc ne perdant que de deux points à chaque set, 21-19, 21-19. Le dernier simple vit s’affronter June et Kévin, les deux partenaires du double à Paris, dont la « grave prenabilité » a pris du plomb dans l’aile depuis Canteleu. Victoire de Kévin en deux sets, malgré des coups de pression psychologiques permanents de la part de miss Wade qui n’hésitait pas à balancer la plume n’importe où au rendu de service pour gagner du temps. June se préparait-elle à ce qui s’annonçait comme LA rencontre très très chaude de la poule B, à savoir Les emplumeurs VS Panam All Starz ?

Forts de cette victoire, Marseille rencontrait ensuite l’équipe CDP (Huong, Quang, Phuc et Tuan) pour une rencontre en… 14 sets qui, clairement, foutut l’organisation de la compétition complètement en l’air. Mais ce fut une belle rencontre ! Yanis remporta un match d’une intensité folle contre Tuan, faisant perdre à tous les spectateurs litres d’eau et touffes de cheveux. Gaël et Benjamin remportaient le premier double en trois sets mais Tuan, Phuc et Huong gagnaient le triple en deux sets. Les deux matchs suivants devenaient décisifs, il fallait les jouer en même temps. Et ils furent gagnés par Marseille, pour un 4-1 serré ! Il restait dès lors à affronter les Panam All Starz : ce fut un 5-0 pour les Marseillais, avec deux belles victoires en simple (respectivement Benjamin contre Etienne et Kévin contre Thomas ; le K-stor avait une revanche à prendre… et il l’a prise). Du côté des CDP, ce fut un 5-0 contre les emplumeurs, avec un délicat premier simple puisque PAD ne s’inclinait que 23-25 contre Tuan. Même tarif contre les Panam All Starz, avec néamoins un triple serré et un set chipé lors du second double. Les CDP finirent 3e de poule, derrière Puteaux 1 (1er) et Marseille (2e).

Au tour du match Les emplumeurs VS Panam All Starz. Le duel parisien qui sentait le souffre. Et on ne fut pas déçu.e.s. En simple, PAD prenait le premier set à Etienne mais, renaissant de ses cendres virtuelles, le Titi parisien gagnait les deux sets suivants. 1-0 pour Panam All Starz. Firmin et Thomas s’emparaient ensuite du deuxième match contre Emily et Loïc en deux sets. 2-0. En triple, le premier set fut gagné par Firmin, Jean-Baptiste et Thomas 21-16… ça commençait à sentir le roussi, ou le sapin, peut-être le sapin roussi finalement ou le sarin pourri même pour Les emplumeurs…

Et là, le déclic…

La triplette emmenée par June fit littéralement voler en éclat le trio de la rue Saint-Guillaume : 21-8, 21-7 pour les deuxième et troisième sets. Le double PAD-June écrasa la paire Etienne-JB 21-9, 21-11. Quant au simple décisif, ce fut encore June qui prit ses responsabilités et ce fut une victoire en deux sets contre Thomas, 21-9 / 21-17. Enorme. C’est pour ce genre de matchs, pour cette intensité sur et en dehors du terrain que l’on aime la plume. All simply.

Les emplumeurs arrachent donc une 4e place méritée et laisse la dernière aux Panam All Starz.

Le tableau final et les reclassements

Après la première journée donc, un bon restau italien bien mérité avec la table de Puteaux, la table de Paris, la table de Marseille (ambiance détente mais esprit compét’ quand même)… au retour, un tournoi de baby foot improvisé avec un Dominique ayant pris possession du bar et servant à la chaine de délicieux ti-punchs. Discrètement, insidieusement, Puteaux tentait de prendre le contrôle hors des terrains. Ca n’échappait à personne et Jean-Baptiste des Panam All Starz et Kévin de Marseille décidèrent de mettre un terme à ces coups de pression subliminaux. Ca se jouait au baby-foot : pas de morale, on irait à la pêche. Bilan : Charlie et Jérémy échappèrent de peu au Fanny sous bab’ et repartirent avec un 10-1 dans la caboche. « Pourvu que cela serve et que Puteaux 1 soit un peu ébranlé le dimanche » entendait-on penser…

Back to the grounds, back to the game.

En reclassement, Dunkerque VS les emplumeurs, les 3e de la poule A contre les 4e de la poule B. Après la remontada infernale, les emplumeurs durent s’incliner 5-0 contre la jeunesse dunkerquoise et ce malgré un joli set arraché contre Vincent et Maxence de la part de la doublette PAD/Loïc. Dans l’autre rencontre 3B/4A, les CDP imposaient la loi du dragon de l’Asie : Dominique perdait son premier simple contre l’insaisissable Phuc et les CDP déroulèrent ensuite. 5-0 pour les Vietnamien.ne.s de Paris.

La rencontre pour la 5e place se jouait donc entre Dunkerque et les CDP. Pour des raisons d’organisation, les matchs ne se jouaient plus qu’en un set hélas et s’arrêtaient dès le match victorieux. Ce fut donc un clair et net 3-0 pour Dunkerque : victoire serrée de Laurent contre Tuan (21-18), Vincent et Maxence battaient Quang et Phuc 21-15. Enfin, les trois jeunes hommes de Dunkerque gagnaient leur triple contre Phuc, Huong et Quang 21-18. Bravo donc à Dunkerque pour cette jolie 5e place et aux CDP pour cette 6e place.

Pour les places 7 et 8, les Emplumeurs rencontraient Puteaux 2. Les meilleurs arguments étaient présentés dès le premier match puisque June affrontait Dominique dans un duel au sommet. Victoire de la Parisienne, 21-19, contre le Putéolien. June et PAD rencontraient ensuite Dominique et Fabrice : 21-16 pour les Emplumeurs, qui se rapprochaient de la 7e place. Le triple permit à Puteaux 2 de revenir dans la course grâce à une large victoire 23-21 de l’équipe Dominique-Fabrice-Paul. Mais le dernier double fut pour les Parisien.ne.s puisque Loïc et Emily remportaient leur tête-à-tête-à-tête-à-tête face à Paul et Christope et de quelle façon : premier smatch d’Emily en compétition qui a claqué jusqu’à la buvette et laissé Puteaux 2 sonné et avec un léger acouphène pendant quelques minutes. La 7e place pour les Emplumeurs donc et la 8e pour Puteaux 2. Merci à ces deux équipes qui nous ont régalés.

Le match de la peur, pour la 9e place : Latchuo, enfin Choltuha, enfin un truc comme ça, contre Panam All Starz. Freddy Mercury passait par Canteleu et ne put s’empêcher de commenter : « Under pressure ». Merci Freddy ! Et bien ce fut saignant. A la limite du bleu quoi, disons qu’il fallait l’estomac solide. Au premier simple, Thomas battait Ali en deux sets. Comme quoi, Thomas est capable de gagner un simple, ce qui n’était pas si évident que ça alors (NDK : ça, c’est gratuit, c’est perso’ et ça fait plaisir!). Ali et Toky remportaient ensuite le double contre Thomas et Etienne après un match fort en émotion et en pression. Le triple fut pour les Panam All Starz et le second double pour le duo Huy/Chitai. Tout se jouait donc dans l’ultime match, Jean-Baptiste contre Chitai. Et c’est M. Semblat qui triomphait, en deux sets s’il vous plaît, 21-17, 21-18 ! Bravo donc aux Panam All Starz pour cette 9e place et aussi aux Choult… à Toky, Chitai, Huy et Ali !

Ali… souvenez-vous… février 2018, match de reclassement contre Jessica, à Marseille. M. Haouchine remporte son troisième set pour les places 21-24 contre Miss Ricono sur le score de… 28-26 ! Jessica a mis trois jours à s’en remettre. Trophée du set le plus long remporté haut la main ! Et les trophées, Ali, il aime ça. Alors, hop, pourquoi pas un petit set en 62 points pour l’inter-club ? Et oui, contre Thomas et Etienne, Ali et Toky remportèrent la première manche 32-30 ! Nouvelle palme donc du set le plus long décerné à Toky et Ali qui garde ainsi son titre et le remettra peut-être en jeu à Dunkerque avec en vue, nous l’espérons toutes et tous (sauf le comité d’organisation des compétitions bien sûr), le 40-38 en attendant bien sûr l’Everest, à savoir le set en 100 points !

 

Passons au tableau final ! En demi, Puteaux 1 retrouvait Paris 3. La flegmatique Trang rendait littéralement fou le fougueux Léo et l’emportait en deux sets, secs : 21-9, 21-13. Le duo Etienne-Jérémy triomphait ensuite de Léo et Joris sur les scores de 21-17 / 21-14. Solides… le triple était plus accroché puisque c’est en deux sets qu’Etienne, Jérémy et Charlie l’emportaient sur Joris, Victor et Léo. La victoire en poche, les matchs ne se firent plus qu’en un set, et le duo Charlie-Nico battait Fred et Victor 22-20. Pour le dernier simple, Victor sauvait les meubles en se défaisant de Nicolas 21-12. Et Puteaux 1 filait en finale. Belle.

Dans l’autre demi-finale, pas de surprise, les Marseillais ne purent endiguer la soif de vaincre d’Ici c’est Paris. François rappelait à Gaël que l’expérience est une arme fatale en l’emportant 21-15, 21-8. Yanis et Kévin perdaient ensuite en deux sets contre François et Ayman, 21-15, 21-13 après avoir mené 11-8 au deuxième set. Quel retour des vieux briscards franciliens : Respect (Alliance Ethnik). Le triple fut rude pour les Marseillais, deux sets brutaux dont nous tairons le score. Théotime et Xavier battaient Benjamin et Gaël 21-18 et Ayman eut de la planche sous le pain face à Benjamin. Ce dernier jouait sans pression et bouscula le pharaon : victoire de ce dernier 21-18. Une victoire propre et nette néanmoins des Parisiens, rien à dire.

Pour la 3e place, Marseille retrouvait Paris 3. Jaris l’emportait sur Yonis en deux sets, avec une seconde manche serrée, 23-21, gagnée par le Parisien au foie fragile, Jonis, contre la Toyota Yaris (le rédacteur commence à fléchir…). Quant au double qui suivit, il fut assez épique. Après une belle démonstration de la part de Fred et Victor et un set gagné 21-9, Gaël et Kévin se réveillaient pour l’emporter 21-19, avec de belles attaques de Gaël. N’empêche, ça commençait à tirer. Les jambes devenaient lourdes. C’est alors au milieu du troisième set que Gaël fut pris de crampes et fit croire au gymnase que son tibia et son péroné venaient d’éclater, broyant au passage quelques nerfs et perçant la plupart des muscles. Après une pause pour se remettre de ces douleurs et de cette frayeur, la moitié du public ranimé et l’intégralité des matchs suspendus ayant repris, le jeune Phocéen repartait au combat mais ne pouvait plus jouer et finit en partie sur le côté du terrain. Victoire donc de Paris 3 21-16 au troisième set. Le triple fut une formalité pour les Parigots et ils s’emparèrent de la 3e place sur un joli 3-0. Bravo à eux et bravo aux Marseillais qui firent le job comme ils le purent mais finalement pas trop mal avec un Anthony sur le banc !

Alors, là, on se dit « Oui, le plumfoot c’est sympa, bonne humeur, bonne ambiance, franchement c’est super cool ». Erreur. A partir de maintenant, les sourires s’effacent, les mâchoires se serrent, les visages se crispent. C’est la finale. Et pas n’importe laquelle : Ici c’est Paris contre Puteaux 1. Les deux équipes qui ne veulent qu’une chose : gagner et surtout l’emporter sur l’autre. Action!

Match 1 : Trang contre François. Oldelaf pourrait parler de la « briscaritude ». Le premier set est remporté haut la main par François, 21-13, contre celle qui n’a pas perdu un set de la compétition. Mais la réponse ne se fait pas attendre : 21-10 pour Trang au deuxième set. La température du gymnase est montée de quelques degrés. Après avoir mené 11-6, François voit Trang revenir et l’emporter finalement 21-19. Nous rappelant son passage en Teutonie et la gestion musclée de la pression de nos amis allemands, François se confiera à sa façon à une bouteille d’eau qui, de surprise, s’envola dans les airs du gymnase de Canteleu. Beau match. 1-0 pour Puteaux 1.

Match 2 : Jérémy et Etienne affrontent Ayman et François. Là, clairement, ce fut une démonstration. Les passes précises de Jérémy au demeurant capable de placer des patates en temps et en heure, les smatchs alternativement courts et longs, faibles et puissants de M. Gastineau et une excellente complémentarité eurent raison du duo François Ayman qui rendit les armes 21-10, 21-13. Bravo les minots, c’était vraiment solide.

Match 3 : le premier set fut gagné par Jérémy, Etienne et Charlie, 21-17, contre Ayman, Xavier et Théotime. Là, on commençait à quand même passablement angoisser, en s’imaginant une troisième défaite d’affilée pour Ici c’est Paris. Mais non, le fighting spirit des TAX prit le dessus, avec un Ayman incroyable aussi bien au contre (un nombre hallucinant réussi) et un taux de réussite de gros smatchs qui claquent sa mère (et le papa aussi d’ailleurs) énorme. Retour gagnant pour les Parisiens donc, un deuxième set gagné 21-15 et un troisième set remporté… 21-8 ! Oupss !

Pour des raisons de temps serré, hélas, les deux dernières rencontres se firent en un set et en même temps : le match entre Nico-Charlie VS Xavier-Théotime fut interrompu à 14-13 pour Puteaux 1 du fait de la victoire nette et sans bavure d’Etienne sur Ayman, 21-10.

Un énorme bravo à l’équipe de Puteaux 1 qui n’a perdu qu’un match contre Ici c’est Paris en triple et un match contre Marseille en double. Puteaux est donc la première ville à remporter le tournoi inter-club, félicitations à Charlie, Jérémy, Trang, Nicolas et Etienne pour cette magnifique victoire.

Un grand merci également à la ville de Canteleu pour nous avoir permis encore une fois de profiter de ce gymnase que nous aimons beaucoup. Nos remerciements vont aussi bien entendu à l’équipe locale de la buvette, emmenée par la rayonnante Marie, qui nous a concocté pendant deux jours de délicieux bánh mì, avec le sourire et le plaisir du partage de la plume. Et, encore une fois, un gros gros merci à Toky et Mélanie pour s’être occupé.e.s du lancement des matchs, de la centralisation des feuilles, de la caisse pour les nouveaux T-shirts ainsi que pour les frais d’inscription.

Au plaisir de vite vous retrouver sur les terrains cette fois de Dunkerque, ça sera les 14 et 15 avril 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *