Prêts pour l’Open d’Allemagne ?

Crédit photo : « chezjam ».

Du 28 au 30 octobre 2017 aura lieu l’Open d’Allemagne à Hagen. Nous vous proposons dans cet article une présentation de la délégation française qui tentera, comme toutes les années, de rafler l’intégralité des médailles et des coupes, même si cette année avec la venue d’équipes provenant de Chine, Taiwan et Hong-Kong, cela serait peut-être encore plus dur que d’habitude.

En effet, pas moins de 22 joueurs et joueuses françaises font le déplacement pour faire la grosse teu… pour démontrer à l’Europe et au monde entier que le niveau de jeu dans l’Hexagone ne cesse de progresser !

Commençons par présenter quelques équipes de double.

Etienne et Jérémy s’associent comme d’habitude : la paire la plus soliiiiiiide de leur génération, les jeunots arrivent sur le terrain avec une envie de gagner qui les pousse de plus en plus loin à chaque compétition.

La formation française à Hagen ne fera pas uniquement dans le déjà vu, puisque plusieurs doubles inédits voient le jour. Charlie et Dany, de loin les meilleurs contreurs français, s’associent pour une équipe surprenante qui donnera on l’espère du fil à retordre à leurs opposants. En double mixte, 2 formations franco-vietnamiennes voient le jour: June – Quang et Victor – Huong ; June et Huong ont déjà fait leur preuve en défense et en passes de précision et il ne reste plus à Quang et Victor qu’à affirmer leur rôle d’attaquant ! Kévin et Yanis, une saison dans les pattes, se lancent également dans l’aventure. Si Kévin est aussi efficace et pugnace sur le terrain que dans le monde associatif, on peut vous le dire : ça va faire mal !

A noter également l’arrivée de deux petits nouveaux dans la compétition et qui ont décidé de s’associer pour se sentir plus forts pour cette première épreuve, Anthony Nguyen et François Grignard. Petits poucets de cette délégation tricolore, nous souhaitons à ces juniors la bienvenue et comptons sur les compétiteurs et compétitrices les entourant pour leur prodiguer conseils bienveillants et rappel des règles de base.

Tant qu’on en est à parler des jeunes, si vous vous demandez ce que peut donner un double de plumfoot formé d’un menuisier et d’un expert en sécurité informatique, n’attendez pas plus : l’alliance Fred/Nico s’appliquera à détecter les failles dans le jeu de leurs adversaires sans même avoir à toucher du bois pour prendre le dessus !

Et pour le triple ?

En tête, les Putéoliens et Putéolienne Charlie, Etienne, Jérémy et Trang ne seront pas là pour la figuration, encore moins pour expliquer que le nom des habitant.e.s de leur ville n’a pas grand-chose à voir avec les énergies renouvelables. Bien que de l’énergie, ils et elle en aient, faut pas croire !

Les joueurs françaises et français n’ont pas froid aux yeux, ça on le sait, mais cet Open en sera vraiment la puissante illustration : imaginez, une équipe de 4 joueurs/euse formée par deux dignes représentants du Kop of Auteuil (le Qatar leur offre d’ailleurs un jet privé à chacun pour arriver directement à Hagen), Xavier et Théotime, et par la fine fleur du cop Marseille Trop Puissant (MTP wesh), Laetitia et Gaël. Pas de souci, il y aura du spectacle mais ne pas hésiter à leur rappeler qu’on se passe la plume, on ne se balance pas les strapontis sur la tronche !

Si l’Europe patine dans les hautes sphères des institutions bruxelloises et frankfortiennes, au plumfoot, le concept d’union européenne est une réalité. La – très – dangereuse triplette qui a gagné l’Open de Hongrie se reforme (et qui compte également les finalistes en simple de la même compétition… oupss!) : Reda, Viki et Justine are back.

Cette formation n’est pas la seule preuve de ce que la plume efface les frontières : la France, la Slovaquie et l’Allemagne se retrouvent ainsi réunies grâce au brelan Antho’ – Sébastian – Max qui va taper sévère. Deux snipers pour attaquants, une armoire pour le contre, il est où le problème ?

Terminons ce volet international par le triple bi-vietnamo-togolais qui commence presque comme une bonne blague : alors il y a un couple de vietnamiens tout récemment mariés qui peut s’engueuler sur le terrain à tout moment et un amateur de kebab qui se réclame africain tout en étant aussi typé que ses co-équipiers. La rédaction ne commettra pas d’affront à votre perspicacité en vous révélant l’identité de ces protagonistes.

Mais un événement de l’ampleur de l’Open d’Allemagne ne saurait être organisé sans la présence de guest stars, ces personnages dont la venue impatiente tout le monde et excite les esprits. Ils sont nombreux les inscrits à ne venir que pour les voir. On s’invente des prétextes :  » plus grosse compétition de fin d’année « ,  » équipes asiatiques prévues « ,  » trois belles journées de sports  » etc. Mais en vrai on vient à Hagen pour les voir eux, les guest stars.

En premier desquels, celui que l’on nommera affectueusement Le diable de Tasmanie pour ne pas ébruiter son réel surnom : Firmin Caubert nous fera l’honneur de sa présence à Hagen. Et oui, vous l’avez compris, cela implique une petite subtilité dans le déroulé de la compétition : à tout moment, Firmin peut surgir (il sera en général un ou deux pieds en avant et à un mètre du sol en suspension) pour vous dérober la plume et la shooter sur un autre terrain. Il peut vous faire mal. Il peut réitérer la chose plusieurs fois en 10 min. Il peut lui-même se faire mal mais ça ne l’empêchera pas de revenir. C’est avec un plaisir difficilement exprimable que nous saluons donc la venue de Firmin Caubert !

Enfin, le ralliement. Epuisé par le vent et la pluie quotidienne, harassé par les points sur la ligne de Bin, le front perlant de grosses gouttes de beurre (ça reste la Bretagne hein), déglingué par les soirées à arpenter la rue de la soif et ses odeurs de chouchen (enfin, plutôt de Chouffe), Soloh a décidé de passer l’arme au Sud-Est pour rejoindre la team au nom encore gardé secret mais qui n’aura rien à envier en terme de ridicule aux Castors Enragés. Aura-t-il encore la délicatesse de nous servir cette spécialité bretonne qu’on avait eu la chance de découvrir l’année dernière à l’Open ? L’avenir nous le dira. Ses partenaires seront Yanis et Kévin. Le chant des cigales et le charme de la forêt de Brocéliande, Merlin l’enchanteur et la Fonky Family, Manau chantant « Dans les calaaaaaaaaaanques ». Il va y avoir du sport et je vous invite à ne pas rester tranquille !

 

2 reflexions sur “Prêts pour l’Open d’Allemagne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *