9ième Open de France : résumé

Pour voir les résultats directement allez en bas ! If you want the results go down there !

Nous expérimentions cette année une nouvelle infrastructure pour le 9ième Open de France puisque celui-ci a eu lieu au CRJS de Chartres. Un gymnase contenant sept terrains et une (magnifique) halle pour les deux derniers jours nous ont permis d’organiser un tournoi intense avec une moyenne très honorable de 9 matchs par joueur, par jour. Au total, ce sont près de 90 joueurs qui se sont affrontés pendant cette compétition mémorable. Les pays représentés en plus de la France : Allemagne (Hagen et Haspe), Autriche, Finlande, Hongrie (Nagykanisza et Ujszàsz), Italie (Rome et Sicile), Slovaquie, du beau monde !

Les journées commençaient sur les terrains à 8h et se terminaient vers 19h30, on parle donc de onze heures trente de matchs non stop, c’est dire l’ambiance qui régnait pendant le WE. Une buvette efficace tenue par une équipe de bénévoles (que l’on remercie tous au passage !) a permis de sustenter les joueurs et les nombreux accompagnants.

En marge de la compétition, on notera tout particulièrement la tenue de notre Assemblée Générale (un article suivra bientôt à ce propos) ainsi que la visite dimanche soir de Chartres, toute habillée de sons et de lumières.

Sur le plan sportif, il paraît difficile de se lancer dans un résumé des quelques 84 rencontres (chacune d’entre elles contenant 5 matches !) qui se sont déroulées durant le WE. Nous passons donc directement à cette finale d’anthologie somme toute assez germanique : elle opposait Haspe à l’équipe majeure du FFC Hagen. La première de ces deux équipes est composée de jeunes fleurons du plumfoot allemand : Philip Kühne, Philip Münzner, Torben Nass, Franziska Oberlies et Marcel Scheffel. Le duo Kühne/Nass est une sorte de chimère à quatre jambes dont les attaques peuvent surgir de partout et bénéficiant de plus d’une défense redoutable. Torben Nass, tout juste sacré champion d’Europe en simple assurait ainsi à lui seul le gain d’un point par rencontre minimum. Philip Kühne de son côté, est probablement le smasheur le plus violent d’Europe. Enfin, le dernier atout notable de cette équipe était Philip Münzner. Gymnaste de formation, Philip possède un physique époustouflant et un jeu extrêmement aérien.

En face c’est une autre équipe allemande, mais avec une moyenne d’âge légèrement plus élevée. Cette formation du FFC Hagen (qui a gagné le 8ième Open de France l’an passé !) n’avait rien à envier au palmarès du club de Haspe puisqu’elle contenait pas moins de 3 anciens champions d’Allemagne ! Rappelons la composition de cette équipe : Stefan Blank, Max Duchene, Sven Walter, Christopher Zentarra. Stefan Blank, contreur/défenseur de qualité est connu pour sa pugnacité et sa hargne. Pour Sven Walter, un adjectif résume toutes ses qualités : millimétrique. Tant par ses passes que pour ses placements en simple ou sa défense régulière, Sven reste l’un des joueurs les plus précis d’Europe. Dernier atout majeur de l’équipe : Christopher Zentarra en attaquant principal, dont les smashs – certes moins fulgurants que ceux de son frère – restent redoutables car il est l’un des rares gauchers du circuit. Jusqu’à la finale on aurait pu croire que cette équipe se réduisait (et c’est déjà pas si mal) aux quatre joueurs précédents. Quelle surprise donc, de voir, durant la phase de chauffe, David Zentarra, le « finisseur du Dortmund » enfiler sa genouillère et commencer à échanger quelques volants avec ses partenaires. Pour bien saisir la saveur de la scène il faut savoir que David, blessé au ménisque et aux ligaments croisés l’été dernier, n’a pas joué depuis (il a notamment manqué la dernière Coupe d’Europe où il aurait pu remettre son titre en jeu) et s’est fait opérer deux fois cette année, les consignes médicales lui interdisant les compétitions jusqu’au mois de septembre prochain. Inscrit à l’Open, David n’a pas joué un seul match durant les trois jours. Quel est donc cette scène qui se joue devant nous ? Est-ce une stratégie pour faire croire à Haspe que David va jouer le premier simple ? Chercher à les pousser à faire rentrer Torben en premier ? Il faudra attendre le quatrième match de cette rencontre pour constater que, non, ce n’était pas que du bluff. Le premier match opposa Christopher Zentarra à Philipp Münzner et c’est le premier d’entre eux qui le remportera en 3 sets. En double, c’est ensuite la paire Nass/Kühne qui s’imposera face au duo C. Zentarra/Blank, en trois sets également. Pour le triple, les pronostics allaient bon train : sans David, le FFC Hagen est indiscutablement inférieur techniquement au trio de Haspe mais … l’ascendant mental des vieux briscards sur les jeunots qui cherchent à les sortir est une fable vieille comme le monde qu’on aurait tout à fait pu voir récitée une nouvelle fois. Mais pas ce soir-là. Au bout de trois sets où la domination alternait d’un côté comme de l’autre, c’est finalement le triple d’Haspe qui a réussi à prendre le dessus. Avec 2-1 pour Haspe, le FFC Hagen ne pouvait donc plus se permettre une nouvelle défaite … d’où l’entrée de David Zentarra sur le terrain avec son fidèle partenaire, Sven Walter. Étrange impression que de voir David lever la jambe tant bien que mal et smasher aussi fort qu’il le peut, sans atteindre sa puissance de frappe habituelle. Mais tout de même ! Face à Scheffel et Münzner, alors qu’ils sont menés 16-20 au premier sets, David et Sven réussissent l’impensable : ils remontent et emportent cette manche. Clairement, le mental de leurs opposants s’effritent et la confiance s’installe, au rythme des cris de plus en plus hargneux de David. Le second set, toujours serré est finalement gagné par l’équipe de Haspe, sur une faute de smash de David, laquelle semble le poursuivre, ainsi que la fatigue, sur le troisième set perdu 15-21.

Cette finale entamée à 16h aura duré près de 3 heures 30, emportant les organisateurs dans un étrange mélange d’excitation sportive et d’angoisse organisationnelle, la halle devant au départ être libérée pour 19h30 (merci aux handballeurs d’avoir changé de gymnase !).

La journée se termine par la cérémonie des médailles, distribuées par Peter Von Rüden, le président de la Fédération Européenne.

Voici, enfin, le classement des équipes :

  1. Haspe
  2. FFC Hagen 1
  3. Nagykanisza
  4. Slovakia
  5. France
  6. Finland
  7. Dacau PSG
  8. FFC Hagen 2
  9. Puteaux
  10. Hanoï
  11. Phoenix Feathers
  12. APPIT
  13. Marseille 1
  14. APP2
  15. Castors Enragés
  16. Marseille 2
  17. Frangrie
  18. Phoenix Kids
  19. Phoenix Feathers 2
  20. Marseille 3

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *